Entretien avec Eric de Rochefort, Fondateur et Président de Human Side Europe

Au fil de mes rencontres, je vous propose de découvrir la vision du capital humain de DRH, coachs, managers ou conseils. Débutons cette série avec Eric de Rochefort qui a fondé Human Side Europe, un cabinet de conseil en capital humain.

Selfway - Bonjour Eric de Rochefort, en quelques mots, décrivez-nous votre parcours.

Eric de Rochefort - Après avoir débuté ma vie professionnelle dans le domaine commercial au Credit Universel, puis médical aux Laboratoires Abbott, j'ai eu la chance d'accéder à des fonctions de management commercial aux Etats-Unis, puis de direction générale en Espagne chez KIS. A mon retour aux Etats-Unis ou j'ai vécu 12 ans, j'ai passé un an et demi dans le monde de l'entreprenariat, puis j'ai rencontré le fondateur de Human Side et j'ai eu beaucoup de mal à choisir entre ces deux domaines passionants: l'entreprenariat d'une part, la recherche et le conseil d'autre part.

Selfway - Pourquoi avoir décidé de faire du conseil en capital humain votre métier ?

Eric de Rochefort - En prenant conscience du fantastique gaspillage de talents qui avait lieu dans les organisations, ou plutôt en découvrant qu'il existait des solutions efficaces pour prévenir ce gaspillage. C'est ainsi que j'ai repris à mon compte la mission de Human Side: "la Performance par les Personnes".



Selfway - Le terme de "capital humain", issu des travaux de Gary Becker, est fréquemment employé. Peut-on aujourd'hui évaluer ce capital ?

Eric de Rochefort - Ce pourrait être fait de nombreuses façons possibles: par exemple X fois le coût de maintenance de ce capital -- ou la masse salariale annuelle (comme en termes financiers le rapport montant de la dette / service de la dette) plus tous les budgets de formation interne et externe. On peut aussi estimer le coût de remplacement ou le coût d'acquisition de ce capital: la somme de tous les coûts de développement d'une image propice à attirer l'ensemble des candidats, les coûts de recrutement, les coûts de chasse de tête pour les seniors, les coûts de développement des compétences et de la culture acquise par l'effectif en place, etc. En somme: que coûterait la nouvelle acquisition de ce capital s'il disparaissait du jour au lendemain?


Selfway - Ne devrait-on pas le valoriser dans le bilan de l'entreprise, comme l'est de plus en plus le "capital marque" ?
Eric de Rochefort - Si. non pas par attitude idéologique, mais simplement pour aborder son management avec un peu plus de rigueur, de discipline, et selon des pratiques dont le professionnalisme est plus en ligne avec les autres domaines du management. La plupart des dirigeants consacrent aujourd'hui encore dix fois plus de temps, d'intelligence et de ressources à traiter de questions techniques que de questions humaines. Pourtant de leur propre aveu ce sont bien celles-là qui sont pour eux les plus frustrantes et les plus imprédictibles.



Selfway - Le capital humain, jugé éminemment stratégique aux Etats-Unis, semble être là-bas un sujet d'intenses mobilisations. Qu'en est-il en Europe et en France ?
Eric de Rochefort - Du fait des habitudes culturelles, ce capital est aux Etats Unis plus volatile, plus fluide, plus mobile, il est donc approché avec plus d'attention. Cependant, lorsque la culture et les pratiques d'une organisation s'atrophient et se dérèglent, on assiste aux mêmes dérives (cf Dilbert). En Europe et en France, il me semble que beaucoup plus d'ingéniosité et de moyens sont encore accordés au marketing, à la logistique, à la finance ou à la stratégie commerciale qu'à la réalisation (ou au retour sur investissement) des actifs humains.

Selfway - Quelles actions concrètes proposez-vous aux entreprises pour améliorer leur capital humain?
Eric de Rochefort -  Nous faisons aussi bien de l'intervention directe (diagnostic de forces/pbs potentiels, de performance, résolution de conflit, identification de potentiel, planification de succession, développement d'équipe de direction etc.) que de la formation/certification à l'utilisation de notre technologie afin d'être nous-mêmes nécessaires le moins longtemps possible. Comme pour tous les actifs, qu'ils soient matériels, financiers ou intangibles, il est nécessaire pour pouvoir les réaliser, les faire fructifier et en assurer une bonne maintenance de les connaître et de les comprendre mieux qu'ils ne le sont aujourd'hui. Nous sommes ainsi intervenus en France dans le domaine financier chez AGF, UFF ou AXA, la maintenance automobile chez Speedy, la distribution chez Leroy Merlin ou les services informatiques chez Univers Informatique.

Selfway - Percevez-vous une typologie d'acteurs, entreprises ou managers, souhaitant faire bouger les choses ?
Eric de Rochefort - Oui, les acteurs qui font effectivement bouger les choses le font paradoxalement plus par économie et par pragmatisme que pour des raisons humanistes. Ce sont d'habitude des managers opérationnels. La nécessité d'une compétitivité bien comprise -- la focalisation de l'effort humain sur des accomplissements tangibles -- est un mobile plus puissant qu'un quelconque idéalisme ou idéologisme.


Selfway - Etes-vous néanmoins optimiste ? Voyez-vous des indicateurs favorables ?
Eric de Rochefort - Je suis effectivement optimiste mais je crois que c'est plus par atavisme. Je serais bien en peine de justifier pourquoi. L'évolution est lente, très lente. Il y a sur Terre des populations très hautement motivées et beaucoup plus pressées que nous de parvenir aux plus hauts niveaux de compétitivité. Aux Etats-Unis, l'un des grands débats ces derniers mois a par exemple été la migration d'une grande quantité d'activités de services -- notamment informatiques ou de call centers -- en Inde ou dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est. Elles y sont produites non seulement dans un anglais parfait, non seulement pour un prix allant jusqu'à un quart ou un cinquième, mais aussi d'une bien meilleure qualité. Certaines villes ou services fédéraux ont désormais recours à cette nouvelle forme de délocalisation. Ce faisant, ces entreprises se positionnent ensuite sur des missions à plus forte valeur ajoutée, représentant un capital humain supérieur.

Selfway - Quels sont vos auteurs et courants préférés ?
Eric de Rochefort - Je suis très intéressé par la psychologie humaniste avec Maslow, Wilber, mais aussi la technologie et d'autres sujets passionnants comme par exemple la mémétique, le domaine du logiciel libre, la logique floue, les grandes traditions, ou l'histoire -- contemporaine ou ancienne.



Selfway - Selon vous, quels seraient les 3 livres que toute personne s'intéressant au développement de soi devrait lire ?
Eric de Rochefort - "The Farther reaches of human nature" de Abraham Maslow à paraître à la fin de l'année en français, le Yi King, et suffisament de biographies de grands hommes -- et femmes -- pour illustrer le meilleur et le pire dont est capable la nature humaine.


Selfway
- Merci, Eric de Rochefort, d'avoir partagé avec nous votre expertise du capital humain.

Posté par selfway le juin 13, 2005 à 05:33 PM | Entretien avec Eric de Rochefort, Fondateur et Président de Human Side Europe

dans Interviews

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341d6e2d53ef00d83547d79f69e2

Listed below are links to weblogs that reference Entretien avec Eric de Rochefort, Fondateur et Président de Human Side Europe:

Commentaires

Poster un commentaire