Leçon de Leadership : Les 100 jours d'Obama

Obama_Barack et Michele 

Les media du monde entier se penchent sur le bilan des 100 premiers jours d'Obama. C'est la période usuellement reconnue comme significative et prédictive, par projection, de ce que sera le règne d'un dirigeant. On considère aussi que pendant cette période, l'élu bénéficie d'une sorte d'état de grâce qui le place au-delà des contingences immédiates.
Obama n'a pu s'offrir ce luxe. Il a du affronter la réalité en face : la crise bancaire et immobilière, la plongée de la bourse, les faillites des ménages, les quasi-banqueroutes dans l'automobile.
Au final, une contraction économique de la plus grande ampleur depuis la Grande Dépression.
Est-ce tout ?

Ce serait oublier les guerres en Afghanistan et en Irak, où il s'est engagé à retirer les troupes américaines de combat avant août 2010, les tensions avec Cuba, le Venezuela, la Russie ou l'Iran, avec qui il a su relancer le dialogue, sans oublier la nouvelle crise sanitaire de grippe porcine, le plan d'action en faveur des énergies renouvelables ou de l'éducation...

Ces 100 premiers jours sont donc certainement les plus complexes, depuis Franklin Delano Roosevelt, qu'un président américain ait eu à gérer.
Alors, quelles qualités Obama a-t-il mobilisées pour relever ce défi titanesque ?

1. L'éthique
Obama s'est employé à rapidement mettre en oeuvre les premiers actes confirmant qu'il tiendrait les engagements pris lors de sa campagne.

Pour sa cérémonie d'inauguration financée par les sponsors privés, il limite la contribution à 50.000 $ maximum, interdit le soutien des lobbyistes ou de syndicats et publie la liste des donateurs
Le 21 janvier, lendemain de sa prise de fonction, il gèle les salaires de son administration, rétablit le libre accès aux archives présidentielles et instaure le Freedom of Information Act pour la transparence de son administration. Il signe également un train de mesures encadrant le lobbying à Washington
Le 22, il annonce la fermeture de Guantanamo et fait interdire la torture dont Bush avait legitimé l'utilisation.
Par ces actes symboliques et néanmoins essentiels, Obama marque une rupture sur le plan de l'éthique personnelle des dirigeants.

2. L'ouverture
Après des mois de lutte acharnée contre sa rivale Hillary Clinton, Obama lui propose de rejoindre sa campagne, puis son administration.
De même, il garde Robert Gates à la Défense, pour bénéficier de son expertise sur les questions irakiennes et afghanes. Obama ne cache pas son admiration pour Abraham Lincoln et son fameux Team of Rivals. Lincoln qui avait réussi l'incroyable pari de devancer des candidats plus expérimentés que lui, leur offrit de le rejoindre dans son gouvernement.
Obama montre qu'il souhaite faire avancer la paix dans le monde par la voie de la négociation. En témoignent ses réconciliations avec Cuba ou le Venezuela et la reprise de discussions avec la Russie. Loin de la vision hégémonique de Bush, Obama restaure une vision multipolaire du monde.

3. L'énergie
Pour donner une forte impulsion à son mandat et surtout à l'économie américaine, il faut agir vite et avec énergie.
Obama et son équipe ont su se préparer pendant les 75 jours qui précédaient l'inauguration. Le temps d'étudier, de réfléchir, de prendre des avis, d'évaluer les différents scénarios...  avant de prendre les commandes opérationnelles et de foncer dans l'action. Ce modèle est à retenir pour la nomination des dirigeants qui, trop souvent, doivent consommer une part substantielle de leurs 100 premiers jours pour comprendre la situation dont ils héritent.
Dès sa prise de fonction, Obama a su impulser une dynamique exceptionnelle. De nombreux adversaires lui ont reproché de vouloir trop embrasser... et mal étreindre. Les faits n'ont pas joué en leur faveur.

4. La créativité
Sa campagne avait déjà brillé par une remarquable combinaison des outils web 2.0 et de son savoir faire d'organisateur de communautés. Le web au service du terrain. Obama utilise Facebook, YouTube, Twitter sans la moindre hésitation et range au placard l'image conventionnelle du Président "vieux notable hasbeen".
Aucune barrière mentale entre le président et les jeunes générations. Pour contrer les assauts des paparazzi, Obama rend public l'album photo de sa vie présidentielle sur Flickr.
Face à des contextes et des situations sans précédents, la créativité d'Obama sera l'une de ses armes les plus efficaces. Il n'aura nul besoin de chercher à se rassurer par de vieux schémas bien établis... qui n'auraient eu aucune chance de succès.

Pour approfondir, de nombreuses ressources sont disponibles en ligne :

Newsweek : Un point de vue sur les raisons de son succès
Nouvel Obs : Rapide synthèse

New York Times
Slide show : Quelques illustrations de ces 100 jours, parfois anecdotiques
Then and now : Des chiffres avant/après qui montrent qui finalement ne disent pas grand chose de l'action d'Obama. En revanche, ils montrent clairement l'ampleur du séisme économique actuel (le chomage passe de 11 millions à 13 en seulement 4 mois !)
Timeline : Pour revenir plus arrière sur sa biographie, cette ligne du temps et ces ressources sont très utiles :

Le Monde : Très belle synthèse sur les engagements pris en campagne et leur suivi

Posté par selfway le avril 30, 2009 à 12:32 AM | Leçon de Leadership : Les 100 jours d'Obama

dans Barack Obama, Leadership, Politique

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341d6e2d53ef01156f68a3e8970c

Listed below are links to weblogs that reference Leçon de Leadership : Les 100 jours d'Obama:

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.