Une qualité trop utilisée est un défaut

Il y a quelques jours, sur France2, les deux candidats à la présidentielle étaient interviewés dans leur QG de campagne, à trois jours du débat. Laurent Delahousse demande à Hollande quelle est la "qualité première" de Sarkozy, à quoi il répond :

" Son énergie, elle est reconnue.
Après, vous savez, souvent les qualités sont des défauts.
L'énergie peut être aussi une agitation, un excès, un court-circuit.
"

Pour revoir l'interview, FranceTVInfo (ce passage est à 8mn30).

Cette intervention a retenu mon attention pour deux raisons.

Tout d'abord, j'ai été saisi par l'exemplarité de ce recadrage. Hollande colle à la pensée dominante et incontestable (Sarkozy a de l'énergie), pour mieux détourner ensuite l'interprétation du spectateur vers une autre grille de lecture qui sert beaucoup mieux ses propos (Sarkozy se laisse déborder par son énergie). Net et précis. A montrer en école de coaching :-)
Selon l'école de Palo Alto, "recadrer signifie modifier le contexte conceptuel et/ou émotionnel d'une situation, ou le point de vue selon lequel elle est vécue, en la plaçant dans un autre cadre, qui correspond aussi bien, ou même mieux, aux "faits" de cette situation concrète, dont le sens, par conséquent, change complètement." (Watzlawick, Weakland et Fisch, dans Changements : Paradoxes et psychothérapies).
En résumé, technique visant à modifier le décodage qui est fait d'une situation.

D'autre part, Hollande évoque clairement, par intuition ou connaissance, ce que les anglo-saxons nomment le concept de "overused skills".
Ce concept est omniprésent dans les travaux de Eichinger et Lombardo et par conséquent dans les outils d'évaluation et de développement du leadership (Architect Leadership par exemple) qu'ils ont créés au sein de leur entreprise, Lominger.
Il est également au coeur de l'article de Kaplan et Kaiser paru dans la Harvard Business Review : Stop Overdoing your strengths, que vous pourrez consulter ici.

Le point de départ de l'article est le postulat que le développement du leadership réussit mieux en valorisant et en amplifiant les qualités de la personne qu'en cherchant à tout prix à corriger des défaillances ou à combler des lacunes pour lesquelles la personne n'a aucune disposition. Le rapport coût/efficacité de cette dernière option est estimé moindre (notons au passage que dans notre culture française, nous avons une forte tendance à agir sur la correction des défauts plutôt que sur la valorisation des qualités de la personne).

Sans contredire les vertus de cette approche positive, les auteurs soulignent l'importance d'intégrer dans les mesures de la performance cette notion de compétence sur-utilisée qui provoque une baisse de performance ou de vitalité de l'équipe et produit chez le leader un déficit de sa polarité opposée. Les auteurs qualifient ce leadership d'asymétrique. Par exemple, une personne assertive pourra être appréciée pour son franc parler, sa capacité à influencer, à peser sur les échanges collectifs. Si elle pousse trop loin cette même qualité alors la même personne se verra reprocher son manque d'écoute, de flexibilité, d'ouverture aux idées des autres.

Retenons que de manière très concrète pour favoriser le développement du leadership, le votre et celui de vos collaborateurs, il sera intéressant dans les sessions d'évaluation et/ou de feedbacks de vous interroger sur les qualités qu'un collaborateur utilise trop pour les corréler aux qualités qu'elles masquent et qui font donc défaut à la personne. Ce recadrage peut changer l'attitude et la réaction du collaborateur. Il lui sera certainement plus facile de freiner sur une qualité, sa pépite, qu'il connait par coeur, que d'accélérer sur une qualité qu'il sait ne pas réussir à maitriser.

Faites le test, imaginez une liste de défauts que vous rencontrez souvent autour de vous (votre équipe, votre chef, un collègue important…) : Trop pointilleux, trop froid dans les relations, ne sait pas dire non, micromanage...
Pour chaque défaut, quelle est la qualité ou la compétence qui est sur-utilisée ?

Un exemple de questionnaire d'entretien d'évaluation reposant sur cette partition entre Compétence sous-utilisée, Compétence atteinte, Compétence utilisée en excès, est disponible sur cette page de l'Université du Texas.
Vous pouvez simplement demander à un collaborateur de s'interroger sur :
- Que dois-je faire plus ?
- Que dois-je faire moins ?
- Que dois-je continuer inchangé ?

Posté par selfway le mai 8, 2012 à 07:16 PM | Une qualité trop utilisée est un défaut

dans Coaching, Leadership, Management

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341d6e2d53ef0168eb520ce9970c

Listed below are links to weblogs that reference Une qualité trop utilisée est un défaut:

Commentaires

Très pertinent, à appliquer plus souvent...

Rédigé par : Lazare | 9 mai 2012 10:21:25

Ah les priorités de développement ... Si ça coulait de source, ça se saurait ;o))
Merci pour cette mise en perspective, Olivier ;o)

Rédigé par : Eric de Rochefort | 10 mai 2012 09:36:43

ce qui rejoint aussi les valeurs ....les limites voire les croyances qu'elles induisent ne sont jamais bien loin ...!

Rédigé par : lozach | 11 mai 2012 16:29:01

Chaque individu est unique et a ses propres qualités individuelles comme la bonté l'humour, la loyauté, la compassion, la confiance, l'amitié, la citoyenneté. Ces qualités se reflètent dans le travail qu'il fait, et comment il réagit à d'autres. Cependant, je suis tout à fait d'accord qu'une qualité trop utilisée est un défaut car trop de bonté par exemple pourrait devenir une naïveté.

Rédigé par : ebooks | 12 fév 2014 19:19:46

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.