Cultiver le bonheur au Bhoutan

Dear Olivier,


I am writing to let you know about an exciting upcoming opportunity to experience Bhutan's development philosophy of "Gross National Happiness" in a deeply personal way through the GNH Centre's June Program. The GNH Centre’s purpose is to manifest in living practice Bhutan’s balanced development philosophy of Gross National Happiness (GNH), which seeks to integrate equitable and sustainable socio-economic development with environmental conservation, cultural promotion, and good governance.

Please join us in Bhutan from June 16 - 22, 2013  for a unique international program that will take you on a journey through the lived experience of GNH - from encounters with the pristine natural environment of the surrounding Himalayas, to conversations with local craftsmen and artisans, to engagement with the rich spiritual traditions of Bhutan.  

How is Bhutan striving to prioritize happiness and sustainability in the face of modernity and globalization?

What are emerging challenges and lessons – and how might they be relevant to own lives and communities? 

Why are inner qualities, such as mindfulness and compassion, seen as an essential for bringing about a society that is able to live in harmony with itself, and with nature?

 

Gnhprogram

 

For more information, see our attached brochure, and visit www.gnhbhutan.org

 

Space is limited – so please register soon at info@ethometho.com.bt  (tel: +975-2-323162 or 323693)

 

We look forward to welcoming you to Bhutan!

 

Dr. Tho Ha Vinh

   
--
 


Ha Vinh Tho PhD
Program Coordinator
Gross National Happiness Centre
Thimphu
Bhutan
Tel: +975 17257315
www.gnhcentrebhutan.org

May all beings be happy and free

 

Posté par selfway le avril 18, 2013 à 11:13 PM | Cultiver le bonheur au Bhoutan dans Bonheur, Coup de coeur, Méditation | Commentaires (0)

Retrouvons de la fraicheur !

L'explosion de l'information... On finirait par en oublier les conséquences sur nos vies.
Nous savons tout sur tout, avant même d'expérimenter par nous-même. Le risque d'influencer notre propre évaluation personnelle devient criant !
Vigilance...
Nous avons déjà beaucoup de mal à entrevoir qui nous sommes, ou qui nous pourrions être, si notre vécu perd son rôle de boussole, nous risquons une perte d'identité encore plus sérieuse.

Pierre Hadot avait eu à commenter, en 1939, une phrase de Bergson qui, soixante-dix ans plus tard, lui servait encore de vade-mecum intellectuel :

“La philosophie n'est pas une construction de système, mais la résolution une fois prise de regarder naïvement en soi et autour de soi.“

Dans un texte passionnant publié par le « Nouvel Observateur » en juillet 2008, il revendiquait en effet « un mode de perception ''naïf''» au sens où l'entendait Bergson, et une « conscience joyeuse » qui n'excluait aucunement l'érudition.

Venons-en maintenant au cinéma.

Depuis de nombreuses années et l'industrialisation de la promotion des films, nous sommes submergés de bandes-annonces, tsunamisés d'interviews, à la télévision, dans les magazines, sur le web, nous sommes ensevelis sous une avalanche d'images et de compte-rendus.
Avant même de mettre le premier pas dans la salle de cinéma, via les bandes annonces, vous avez vu à un rythme effréné les extraits des séquences les plus fortes du film, les interviews vous ont donné des éléments clés de l'intrigue, vous on dit ce que vous deviez en penser...

La découverte innocente et naïve, l'un des plus puissants leviers de plaisir au cinéma, est totalement anéantie.
Je me suis dit STOP !

Réfléchissez deux secondes. Quels sont les critères qui vous poussent à aller voir un film au cinéma ?
Son metteur en scène ?
Un acteur ou une actrice fétiche ?
La recommandation d'un ami ?

Quel que soit votre mécanisme déclencheur, il est possible de l'utiliser en préservant votre fraicheur.
Si vous avez l'intention de voir un film, évitez toute exposition avec la moindre image ou le moindre texte qui s'y rapporte. Si une bande-annonce se déclenche dans la salle où vous êtes, fermez les yeux, bouchez vous les oreilles, mais tenez bon. Si un ami commence à vous parler d'un film que vous souhaitez voir, dites lui que vous aurez plaisir à en reparler juste après avoir vu le film... Détournez vos yeux des affiches, elles révèlent bien trop d'éléments visuels qui en disent long (je sais c'est le plus difficile à réaliser, il faut beaucoup d'entrainement !). Je me suis récemment fait piéger en voyant l'affiche du dernier Harry Potter, montrant le château de Poudlard en flammes. Un symbole d'une puissance scénaristique redoutable, galvaudé sur une affiche de film...

En réussissant à vous préserver, vous décuplerez votre plaisir au cinéma en retrouvant simplement le ravissement de la découverte.

Je pratique assidument maintenant depuis plusieurs mois. Quel bonheur retrouvé !!!
J'ai contaminé mes enfants, qui confirment les bénéfices...
Bien sûr, je ne vous cacherai pas qu'il y a des risques potentiels. J'étais par exemple allé voir "La route", d'après le roman de Cormac McCarthy, sans avoir la moindre idée du scénario, ce fut comme un choc ;-) C'est bon de se prendre quelques claques cinématographiques.

Les bénéfices de cet état d'innocence ne s'appliquent pas qu'au cinéma. Essayez-le donc dans la relation interpersonnelle. Faites l'exercice de voir une personne que vous connaissez comme si vous ne saviez rien d'elle, comme si votre relation débutait ce jour. Vous m'en direz des nouvelles.

Posté par selfway le novembre 8, 2010 à 10:25 AM | Retrouvons de la fraicheur ! dans Bonheur, Cinéma, Emotions | Commentaires (5) | TrackBack

Conjuguer Bonheur, Passion et Réussite, avec Tony Hsieh

Tony Hsieh est le CEO de Zappos, une entreprise acquise par Amazon en 2009 - soit 10 ans seulement après sa création - pour 1,2 milliards de dollars. Contrairement aux apparences, ce n'est pas l'argent qui motive Tony, mais le bonheur.
Celui de ses clients, de ses collaborateurs qu'il considère comme sa famille, de ses actionnaires, de ses fournisseurs.
Selon lui : Faire le bonheur est la clef de la réussite !

Son livre "Delivering Happiness" présente la culture d'entreprise qu'il a progressivement instillée chez Zappos, avec des réalisations remarquables, des approches particulièrement innovantes dans le domaine des ressources humaines, du management et du service client.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici les 10 core values qui guident les collaborateurs de Zappos (en lisant le livre vous comprendez à quel point des valeurs peuvent être incarnées, mises en pratique) :

1. Deliver WOW Through Service
2. Embrace and Drive Change
3. Create Fun and a Little Weirdness
4. Be Adventurous, Creative and Open-Minded
5. Pursue Growth and Learning
6. Build Open and Honest Relationships with Communication
7. Build a Positive Team and Family Spirit
8. Do More with Less
9. Be Passionate and Determined
10. Be Humble

C'est LE livre à lire du moment.

Si vous êtes inspirés par sa lecture et que vous souhaitez en parler avec d'autres, rejoignez les Meetup qui sont en train de se mettre en place partout dans le monde. Pour Paris, je me suis proposé comme organisateur. Faites-moi signe, faites circuler, je serais ravi d'échanger avec vous sur le sujet.

Le site du livre "Delivering Happiness"

Posté par selfway le septembre 5, 2010 à 12:01 AM | Conjuguer Bonheur, Passion et Réussite, avec Tony Hsieh dans Bonheur, Leadership | Commentaires (3) | TrackBack

La recherche du bonheur par François Lelord

C'est le sous-titre du livre "Le Voyage d'Hector" de François Lelord. On m'en avait parlé à plusieurs reprises et je ne sais pour quelle raison, je faisais de la résistance... jusqu'à ce week end, lorsque je le vis à une caisse de la FNAC.

Depuis, je l'ai lu avec plaisir. Le ton naïf, enfantin, que prend Hector pour accomplir son voyage initiatique est très plaisant. Il part en Chine, en Afrique et aussi dans un pays au bord de la mer où il fait toujours chaud et où on adore le silicone... Ca c'est ma tentative personnelle d'une description "à la Hector".

Cet Hector a du Petit Prince et de Zadig. Il voyage dans le monde à la recherche d'explications sur le bonheur et note, au fil de ses expériences, ses leçons de bonheur.

Alors, pourquoi cette naïveté est-elle si plaisante ?
Est-ce parce qu'elle ne donne aucun complexe, parce qu'elle incarne l'innocence que nous avons bien souvent perdue ?
Réponse d'Hector. Leçon n°5. "Le bonheur, parfois, c'est de ne pas comprendre."

Chemin faisant, gagnant en sagesse et en science du bonheur, Hector extrait la quintessence de ses leçons et définit les 5 familles de bonheur :
Deux bonheurs excités
- faire la fête, l'amour, prendre du plaisir
- travailler à quelque chose que l'on aime, vers un but désiré
Deux bonheurs calmes
- se sentir heureux, en se comparant aux autres ou à soi-même avant... ou sans se comparer du tout
- aborder la vie avec sérénité, avoir un angle de vue positif
Un dernier bonheur : le bonheur des autres
- se sentir utile aux autres, donner de l'amitié, de l'amour, faire attention aux autres, à leurs joies et à leurs malheurs aussi

Et Hector s'en retourne à ses occupations après son périple. Ah, je ne vous ai pas dit... Hector est psychiatre.

Posté par selfway le avril 8, 2009 à 07:47 AM | La recherche du bonheur par François Lelord dans Bonheur, Développement personnel, Estime de soi, Livres | Commentaires (0) | TrackBack

Apprendre de l'expérience des autres

Confrontés à la perspective d'une nouvelle expérience, nous nous projetons dans le futur pour imaginer le bénéfice que nous en retirerons. Dans ce but, nous avons tendance à anticiper le bonheur futur sur la base de nos propres évaluations et jugements de l'événement à venir. Quoi de plus naturel !

Daniel Gilbert, professeur de psychologie à Harvard, est un spécialiste reconnu de la science du bonheur. Il vient de mener une étude, publiée dans Science, dont les résultats bouleversent les idées préconçues.

"Les gens ne réalisent pas quelle puissante source d'information l'expérience d'une autre personne peut être" déclare le Pr Gilbert.

Les chercheurs ont conçu une étude qui permette de comparer d'un côté des personnes qui se projetaient dans le futur sur la base de données informatives présentant l'événement à venir et, de l'autre, des personnes qui ne savaient rien de cet événement futur mais qui savaient uniquement combien des personnes inconnues l'avaient elles-même apprécié.

"Les gens pensent que le meilleur moyen de prédire combien ils seront heureux dans le futur est de découvrir en quoi consiste ce futur, mais ce qu'ils devraient chercher à savoir c'est en quelle mesure des personnes qui ont déjà expérimenté cette expérience future en ont retiré du bonheur."

Dans l'une des expériences, des femmes devaient prédire combien elles apprécieraient un "speed date" avec un homme. Certaines ne connaissaient rien de l'homme à rencontrer excepté le rapport d'expérience d'une autre femme qui l'avait déjà rencontré. Dans un autre groupe, des femmes pouvaient lire les informations décrivant le profil de cet homme et voir sa photographie.

Le groupe des femmes qui n'avaient accès qu'à l'expérience des autres fit de biens meilleurs pronostics de leur plaisir futur que celui des femmes qui disposaient des profils et photos.
Par erreur, les deux groupes pensaient que les meilleures estimations proviendraient justement de l'étude du profil et de la photo.

Je vous avoue que ces résultats ravissent l'équipe Togeth'art. Cela fait maintenant environ deux ans que nous avons initié nos enquêtes expérientielles, un procesus dans lequel nous interrogeons les salariés sur leur propre expérience relative à un sujet clef pour l'entreprise, pour ensuite partager toutes ces expériences et permettre à chacun d'apprendre de l'expérience des autres. Nous avons mené ces enquêtes à plusieurs reprises dans le domaine de la relation aux personne handicapées et de l'entrepreneuriat. Dans tous les cas, les témoignages recueillis sont sources d'enrichissements réciproques pour les collaborateurs et de dynamique humaine pour l'entreprise.

N'est-il pas grand temps de faire appel à la sagesse populaire ?

Posté par selfway le mars 26, 2009 à 08:53 AM | Apprendre de l'expérience des autres dans Bonheur, Dynamique humaine | Commentaires (1) | TrackBack

L'argent fait parfois le bonheur

Lors de la conférence annuelle de la Society for Personality and Social Psychology, le chercheur Ryan Howell du Laboratoire de Psychologie Positive de l'Université de San Francisco a présenté des travaux qui montrent que l'argent dépensé à vivre des expériences a plus d'effet sur le bonheur que l'argent dépensé à acheter des objets.

Il a recruté 154 participants âgé de 19 à 50 ans. La moitié décrivait une expérience récente qu'ils s'étaient offerts, une place de cinéma, un restaurant... L'autre moitié racontait l'achat d'un objet. Dans les deux cas, ils écrivaient également leur ressenti au sujet de ce qu'ils avaient obtenu pour leur argent.

Le groupe qui avait vécu des expériences présentait des niveaux de bonheur significativement supérieurs. L'auteur attribue cette différence au bénéfice de se sentir connecté à ses amis, à sa communauté, d'être actif. Il conclue également que les expériences positives perdurent mieux dans la mémoire que les achats de biens.

[Via SciAm]

Posté par selfway le mars 8, 2009 à 11:17 PM | L'argent fait parfois le bonheur dans Bonheur | Commentaires (0) | TrackBack

L'authenticité, clef du bonheur

L'authenticité est un des paramètres prédictifs du bonheur. C'est la conclusion d'une étude menée par une équipe de chercheurs en psychologie positive. L'article complet "The Authentic Personality" est disponible sur le site de Alex Wood.

Les mesures effectuées sur l'Echelle d'Authenticité développée par les auteurs montre une corrélation entre l'authenticité et, d'une part, l'estime de soi et, d'autre part, le bien-être et le bonheur.

Pour chacune des douze phrases composant l'échelle, une note est attribuée, de 1 (ne me décrit pas du tout) à 7 (me décrit très bien)

  1. Je pense qu'il est préférable d'être soi-même plutôt que d'être populaire
  2. Je ne sais pas bien ce que je ressens à l'intérieur
  3. Je suis fortement influencé par les opinions des autres
  4. Je fais habituellement ce que l'on me dit de faire
  5. Je ressens toujours le besoin de faire ce que les autres attendent de moi
  6. Les autres m'influencent grandement
  7. Je me sens comme si je ne me connaissais pas très bien
  8. Je m'en tiens toujours à ce en quoi je crois
  9. Je suis sincère avec moi dans la plupart des situations
  10. Je me sens déconnecté de mon moi réel
  11. Je vis en accord avec mes valeurs et mes croyances
  12. Je me sens étranger à moi-même

Ce modèle d'évaluation de l'authenticité repose sur trois piliers :
- la conscience de soi, de ses états internes, émotionnel, sensoriel et cognitifs (questions 2, 7, 10, 12), la capacité à ressentir sa colère avant qu'elle n'explose, à identifier les signes de fatigue avant le burn out, à recevoir ses intuitions
- la congruence, c'est-à-dire l'adéquation entre les ressentis et les comportements (questions 1, 8, 9, 11) dont on connaît toute l'importance en communication interpersonnelle
- l'acceptation des influences extérieures, l'introjection des attentes et des désirs des autres (questions 3, 4, 5, 6)

Ce dernier facteur met en exergue le fait que l'authenticité est en danger permanent.
Comment être soi-même si l'on accepte sans contrôle les sollicitations de l'entourage ?
Il illustre l'importance du fameux "savoir dire non" et de l'assertivité, sans qui les frontières de l'Être sont du gruyère.

Posté par selfway le mars 5, 2009 à 12:28 AM | L'authenticité, clef du bonheur dans Bonheur, Développement personnel, Intelligence émotionnelle, Leadership, Test | Commentaires (0) | TrackBack

La vie en crescendo

Into the wild_2

Je n'ai pas encore atteint les 76 ans de Stephen Covey, le père des célèbres 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent (puis 8)... et grand-père de 50 petits-enfants !
Pourtant, j'ai lu sur son blog sa conception du vieillissement et trouvé une expression remarquable : la vie en crescendo.

Cette très belle formulation résume aussi parfaitement ce que je ressens.

Si vous êtes inscrit dans une démarche de développement personnel, il y a toute raison de penser que vous progressez au fil des jours. En conséquence, chaque jour qui passe vous rend plus capable de faire une différence dans le monde, d'apporter un service de qualité, de contribuer positivement, d'aider vos proches, de soutenir vos enfants... “I will always be better than before“ chante magnifiquement Eddie Vedder dans Into the Wild :

I'll take this soul that's inside me now
Like a brand new friend
I'll forever know

I've got this light
And the will to show

I will always be better than before

Long nights

Quelques dangers toutefois à cette ascension perpétuelle.

  • L'insatisfaction. Ne jamais se sentir assez bien au temps présent. Ce serait la négation même du bénéfice recherché. Le bonheur et l'épanouissement n'arrivent à éclosion que lorsque idéal et image de soi ne font plus qu'un. Non pas par auto-satisfaction mais par gain de confiance en ses potentialités, par juste appréciation de la vie qui s'écoule au présent et non au futur.
  • La procrastination. Si les lendemains sont meilleurs, alors j'aurai plus de chances de réussir un autre jour. Je peux donc attendre. Le piège se referme.
  • L'inflation. Si j'escalade et que les autres restent en bas, alors je suis donc supérieur ? C'est oublier que chacun n'escalade jamais que l'échelle au pied de laquelle il s'est lui-même assoupi.

Je ne sais pas comment vous vivez le vieillissement. Je crois que la jeunesse n'a rien à voir avec l'âge. Jean d'Ormesson ne sera-t-il pas éternellement jeune ?
Dans "L' Incroyable histoire de Benjamin Button", quand Benjamin est-il jeune, quand est-il vieux ?
La jeunesse est un état d'esprit, la posture de celui qui croit que tout est encore possible, qui sait qu'il a encore tout à apprendre.
Être jeune, c'est possible à tout âge et cela se manifeste par de la curiosité, l'ouverture aux nouvelles idées, l'optimisme et la foi en l'avenir, la confiance accordée aux autres et parfois son corollaire, la naïveté.

Tant que nous laissons l'innocent en nous s'exprimer, nous restons jeunes. C'est peut-être ce qu'il nous reste de mieux à faire par les temps qui courent.

Posté par selfway le février 24, 2009 à 12:09 AM | La vie en crescendo dans Bonheur, Développement personnel | Commentaires (1) | TrackBack

Que 2009 soit l'année du bonheur !

De tous les voeux que nous avons coutume d'adresser, le bonheur n'est pas le moindre et c'est tout simplement ce que je vous souhaite pour 2009.
Certes l'intention exerce sa puissante influence et les adeptes de la Loi de l'Attraction s'en satisferont. Pour les autres, je souhaite partager avec vous quelques enseignements de l'un des pères de la psychologie positive, Martin Seligman, ancien président de l'Association Américaine de Psychologie et Directeur du Centre de Psychologie Positive de l'Université de Pennsylvanie.
Ces nombreux travaux et expériences sur le "bonheur authentique" l'amènent à distinguer trois modes de vie heureuse :

- Rechercher le plaisir et les émotions positives = Pleasant life
Bien qu'agréable et apprécié, ce mode de bonheur a l'inconvénient de subir un effet d'accoutumance. Il n'a au final qu'un effet limité sur le sentiment général de bonheur.
Lorsqu'il accompagne les deux autres modes, en revanche, il est le signe d'une intelligence émotionnelle et sociale de premier plan.

- S'engager intensément dans ses activités = Good Life
Dans ce mode, qui n'est autre que le Flow de Mihaly Czsickzentmihaly, le temps disparaît, l'attention est toute entière absorbée par la tâche. Cet état de fluidité s'obtient lorsque la personne emploie ses qualités, ses forces, à accomplir une mission d'envergure, qui représente un réel défi. C'est toute la différence que l'on observe quotidiennement entre ceux qui sont à leur place et ceux qui luttent avec les éléments pour survivre.

- Donner du sens à sa vie = Meaningful life
Agir au service de plus grand que soi, jouer un rôle dans la communauté, dans la société, laisser une empreinte positive, aider, soutenir, aimer, créer...

Une vie heureuse, riche et intense, résulte de la combinaison des trois. Vous pouvez vous auto-évaluez gratuitement sur ces dimensions sur le site de l'auteur : Authentic Happiness

Alors quelle(s) voie(s) suivrez-vous en 2009 ?

Si vous avez 23 mn, visionnez la leçon du maître Martin Seligman himself :

Martin Seligman

Vous pouvez lire avec profit son dernier livre paru en français chez Dunod/intereditions : "La Force de l'Optimisme"

Posté par selfway le janvier 1, 2009 à 05:39 PM | Que 2009 soit l'année du bonheur ! dans Bonheur, Coup de coeur, Martin Seligman | Commentaires (4) | TrackBack