Cultiver le bonheur au Bhoutan

Dear Olivier,


I am writing to let you know about an exciting upcoming opportunity to experience Bhutan's development philosophy of "Gross National Happiness" in a deeply personal way through the GNH Centre's June Program. The GNH Centre’s purpose is to manifest in living practice Bhutan’s balanced development philosophy of Gross National Happiness (GNH), which seeks to integrate equitable and sustainable socio-economic development with environmental conservation, cultural promotion, and good governance.

Please join us in Bhutan from June 16 - 22, 2013  for a unique international program that will take you on a journey through the lived experience of GNH - from encounters with the pristine natural environment of the surrounding Himalayas, to conversations with local craftsmen and artisans, to engagement with the rich spiritual traditions of Bhutan.  

How is Bhutan striving to prioritize happiness and sustainability in the face of modernity and globalization?

What are emerging challenges and lessons – and how might they be relevant to own lives and communities? 

Why are inner qualities, such as mindfulness and compassion, seen as an essential for bringing about a society that is able to live in harmony with itself, and with nature?

 

Gnhprogram

 

For more information, see our attached brochure, and visit www.gnhbhutan.org

 

Space is limited – so please register soon at info@ethometho.com.bt  (tel: +975-2-323162 or 323693)

 

We look forward to welcoming you to Bhutan!

 

Dr. Tho Ha Vinh

   
--
 


Ha Vinh Tho PhD
Program Coordinator
Gross National Happiness Centre
Thimphu
Bhutan
Tel: +975 17257315
www.gnhcentrebhutan.org

May all beings be happy and free

 

Posté par selfway le avril 18, 2013 à 11:13 PM | Cultiver le bonheur au Bhoutan dans Bonheur, Coup de coeur, Méditation | Commentaires (0)

Ralentir la respiration diminue la douleur

Dans le très sérieux magazine Pain, une étude vient de montrer que réduire de moitié la fréquence respiratoire diminue la douleur.
Les patientes, 27 atteintes de fibromyalgies et 25 dans le groupe contrôle, ont été exposées à des douleurs légères à modérées, en respirant à leur fréquence habituelle, puis à une fréquence de moitié. La sensation de douleur et l'inconfort étaient notés immédiatement après la stimulation thermique. La perception de douleur et l'état émotionnel bénéficiaient tous les deux du ralentissement respiratoire, avec un effet plus marqué pour les patientes en bonne santé. Alex Zautra, le chercheur américain qui dirigeait l'étude, conclut sur les bénéfices potentiels de la pratique de la méditation et du yoga pour soulager la douleur ou lutter contre la dépression.
A bon entendeur...

Posté par selfway le février 18, 2010 à 09:49 PM | Ralentir la respiration diminue la douleur dans Emotions, Méditation | Commentaires (2) | TrackBack

Apprendre la méditation avec Matthieu Ricard

Matthieu_Ricard 

Aujourd'hui se tenait à la Mutualité, à Paris, une journée de séminaire sur l'Art de la Méditation avec Matthieu Ricard, organisée par la fondation Karuna-Shechen, association humanitaire qu'il soutient depuis une dizaine d'années.

Alors pourquoi et comment méditer ?

Premier temps, se rappeler la motivation à la source de l'exercice. Soulager la souffrance, la sienne bien-sûr, ce qui n'est pas le moindre des bénéfices, mais aussi celle des autres. La méditation est une technique d'entraînement de l'esprit, un outil qui vise à libérer la conscience prise dans le cercle vicieux de l'attachement, de la distorsion, du manque de discernement. Il suffit de regarder en soi ou autour de soi pour voir les dégâts causés par un déficit de conscience, par la colère, la haine, le vengeance, la jalousie, la peur, qui n'en sont que les conséquences.
Pratiquer la méditation demande le courage de sortir des automatismes, des distractions, pour entraîner sa conscience à mieux fonctionner.

Deuxième temps, travailler la clarté et la stabilité de l'esprit. En se concentrant sur sa respiration, la sensation thoracique ou abdominale, avec sa régularité de métronome, il est possible de focaliser son attention. Les pensées peuvent alors surgir dans le champ de conscience, provoquant l'agitation. Il suffit alors de les observer, de les laisser surgir puis disparaître, sans lutter, comme on regarderait un papillon apparaître, se poser sur une fleur puis s'envoler au loin. Se faisant, l'esprit progresse vers la pleine conscience. La même préparation peut être obtenue en se concentrant sur un objet, une pierre, une flamme, sur une image, une sculpture. En particulier, les bouddhistes aiment se concentrer sur une image de Bouddha, extérieure ou intérieure, et méditer sur son infinie compassion. Le même travail peut aussi s'accomplir lors d'une marche conscience.
Pour ce qui est de la posture, à chacun de trouver la sienne, ni trop lâche sous peine de céder à la torpeur, ni trop tendue, sous peine d'être trop agité. C'est comme accorder une corde de guitare.

Troisième temps, l'esprit étant disponible, il est maintenant possible de méditer sur 4 domaines incommensurables : l'altruisme inconditionnel, la compassion, la réjouissance et l'impartialité ou équanimité.
Pendant la méditation, diriger son altruisme, amour inconditionnel vers les êtres chers, pour élargir progressivement ce flot généreux vers l'ensemble des êtres et souhaiter la fin de leurs souffrances.
Pour la compassion, l'exercice est semblable, mais adressée cette fois-ci à des personnes en souffrance. De la même manière, en étendant la portée de votre compassion. La compassion va au-delà de l'empathie. Résoner avec les émotions des autres est la première phase, qui permet de partager la souffrance, mais ce n'est pas tout. Un exercice méditatif simple consiste à inspirer la souffrance des autres, comme si l'on aspirait leurs troubles, puis à expirer le bonheur, toute la compassion, un flot d'énergie bienveillante et généreuse pour aider à la transformation des autres.
La réjouissance consiste à célébrer le bonheur et la réussite des autres, le développement de leurs qualités, l'éveil de leurs potentialités. Cet exercice devient l'antidote de l'envie et de la jalousie.
L'impartialité est l'engagement de développer ces trois formes, altruisme, compassion et réjouissance, envers tous les êtres, sans distinction, qu'ils soient amis ou perçus comme ennemis. Matthieu Ricard rappelle qu'il ne s'agit en rien ici d'excuser des atrocités ou de les banaliser, mais simplement de souhaiter à ces personnes de connaître la libération des souffrances, causes de tant de violence et de destruction.

Quatrième temps, travailler la vision pénétrante. Percevoir l'impermanence en toute chose, en toute situation pour mieux vivre dans le flux de l'instant présent. Prendre conscience des projections, dérivées des attentes de l'ego, identifier les distorsions qui en résultent et les dissoudre dans la lumière, comme l'obscurité cesse au premier rayon de soleil. Comme l'a dit le poète Rilke : "Ne vous laissez pas abuser par la surface; dans les profondeurs tout devient loi."

Ce bref aperçu de la pratique méditative bouddhiste peut surprendre l'occidental. Ces thèmes ne sont plus abordés dans nos sociétés, sauf pour en rire, en moquant la naïveté qui s'en dégage. A tel point que Matthieu Ricard soulignait qu'après vérification, il s'avère que dans les études de médecine américaines, le mot compassion n'est pas prononcé une fois...! Inutile d'espérer un meilleur résultat dans la médecine française.
Pourtant, cette pratique de clarification de l'esprit, de maîtrise de soi et d'action juste envers la communauté rejoint une tradition occidentale qui me semble faire un certain retour : le stoïcisme.

Les plus récalcitrants se rassureront peut-être en apprenant que la pratique de la méditation est associée à de nombreux bénéfices pour la santé, dans les domaines cardio-vasculaires, en tant que traitement complémentaire des cancers ou d'autres pathologies chroniques lourdes et bien plus encore. Les études les plus récentes montrent des bénéfices à court terme, en quelques semaines de pratiques.

Enfin, le déficit de pratique et d'entraînement de nos états de conscience explique certainement pourquoi nous avons tant de mal à admettre la survenue d'états modifiés de conscience, comme nous le rappelle l'INREES qui aide à accueillir l'extraordinaire dans nos vies et qui était partenaire de la journée. Vous retrouverez d'ailleurs un article de Matthieu Ricard "Ne sous-estimez pas les pouvoirs de l'esprit" dans le numéro actuel de 2E, le nouveau magazine de l'INREES.

Posté par selfway le mai 17, 2009 à 11:14 PM | Apprendre la méditation avec Matthieu Ricard dans Développement personnel, Méditation | Commentaires (0) | TrackBack

Une plongée dans la conscience de David Lynch

J'avais récemment découvert la fondation David Lynch et l'intérêt qu'il porte pour la méditation et l'éducation des jeunes à la pleine conscience. Ca m'a donné envie de prolonger le voyage en compagnie de l'un de mes réalisateurs préférés. J'ai tant aimé Twin Peaks, Sailor et Lula, Blue Velvet, Elephant Man... et c'est ainsi que je viens de lire "Mon histoire vraie".

C'est le récit d'anecdotes personnelles de Lynch révélant l'originalité de son processus créatif. Il est stupéfiant de voir le rôle qu'il fait jouer aux intrusions créatives.
Le meilleur exemple : Souvenez-vous du personnage de Bob dont les apparitions terrifiantes et mystérieuses donnent à la série une intensité remarquable.
Je laisse David Lynch raconter comment le personnage s'est imposé dans le scénario :

TwinPeaks_Bob Sur le tournage de Twin Peaks nous avions un assistant décorateur qui s'appelait Frank Silva. Il n'était absolument pas prévu que Frank soit dans Twin Peaks. Mais nous étions en train de tourner dans la maison de Laura Palmer, et Frank était en train de déplacer des meubles dans sa chambre. Moi j'étais dans l'entrée, sous un ventilateur. Et une femme a lancé : "Frank, ne mets pas la commode comme ça devant la porte. Tu vas te retrouver enfermé dans la chambre."

Et j'ai eu cette vision de Frank dans la chambre. Je suis immédiatement intervenu pour demander à Frank : "Es-tu acteur ?" Et il a répondu : "Eh bien, oui, il se trouve que je suis acteur", parce qu'à L.A. tout le monde est acteur. A L.A. et peut-être dans le monde entier, d'ailleurs. Et j'ai dit : "Frank, tu vas être dans cette scène."

On a fait un panoramique de la pièce, deux fois sans Frank et une fois avec Frank figé au pied du lit. Mais j'ignorais à quoi cela allait servir et ce que cela signifiait.

Ce soir là, nous sommes descendus et nous avons tourné la scène où la mère de Laura Palmer est étendue sur le divan, en proie au chagrin et à la tristesse. Soudain elle visualise quelque chose et se redresse brutalement en hurlant. Sean, le cameraman, devait suivre son visage au moment où elle sursautait. Moi j'ai eu l'impression qu'il avait parfaitement réussi à saisir l'instant. Alors j'ai dit : "Coupez ! Parfait, magnifique !" Mais Sean a protesté :
- Non, non, non. Ca ne va pas du tout.
- Qu'est ce qui se passe ?
- Il y avait le reflet de quelqu'un dans la glace.
- Le reflet de qui ?
- De Frank.

"Mon histoire vraie" est également le témoignage de sa passion pour la méditation et de la pratique de la pure conscience. David Lynch introduit le sujet dans la préface en annonçant qu'il pratique la méditation depuis 33 ans et qu'elle a eu un rôle déterminant dans son oeuvre cinématographique et picturale, ainsi que dans tous les secteurs de sa vie.

David_Lynch_Mon_histoire_vraie Voici comment il décrit le processus de méditation : "A l'intérieur de chaque être humain, il y a un océan de conscience pure, vibrante. En méditation transcendantale, lorsqu'on transcende, on plonge dans un océan de conscience pure. On barbote dedans. On nage en plein bonheur. On vibre en même temps que ce bonheur. La conscience pure s'anime et devient plus présente au fur et à mesure qu'on en fait l'expérience, elle l'élargit. Elle commence à se déployer et à croître."

Pour conclure, une petite pensée de David Lynch, particulièrement adaptée à la période que nous traversons, riche en contraintes :
"Il y a des fois où les contraintes obligent à réfléchir davantage. Si on a de l'argent à ne plus savoir qu'en faire, on peut se détendre et résoudre à coups de dollars tous les problèmes qui se présentent. On n'a pas trop à se creuser les méninges. Mais lorsqu'on est financièrement limité, on trouve parfois des idées peu onéreuses, des trésors d'astuce.“

Posté par selfway le avril 15, 2009 à 12:32 AM | Une plongée dans la conscience de David Lynch dans Créativité, David Lynch, Livres, Méditation | Commentaires (5) | TrackBack

Apprendre à méditer à l'école

Qu'est ce que la méditation ?

La méditation est un exercice de "plongée intérieure "permettant de vivre des états modifiés de conscience et de calmer le flux incessant de l'activité mentale. Cette pratique introspective entraîne un développement de la conscience de soi, en particulier un meilleur ressenti de ses émotions, et ouvre l'accès, souvent obstrué, à ses intuitions.
Ses bénéfices sont désormais incontestables pour la santé (réduction de l'hypertension, du diabète, du stress chronique, de la dépression, facteur adjuvant favorisant le traitement des cancers...), pour le développement des capacités mentales (meilleur discernement, clarification de la pensée, créativité améliorée), et plus globalement pour le développement de la personne.

Ses origines les plus anciennes sont indiennes (dhyana) et sa pratique a diffusé dans tout l'Orient via le bouddhisme, en Chine (tchan), au Japon (zen).

Que la méditation soit d'origine spirituelle ou religieuse suffit à détourner la majorité de la population française et occidentale de sa pratique.

C'est une lourde et regrettable erreur. La méditation peut être pratiquée hors de tout culte.
Il est temps de laïciser la méditation, comme le font déjà Google, avec son école de développement personnel, et David Lynch avec sa Fondation.

Photo_david_lynch David Lynch, immense créateur, pratique la méditation depuis plus de 30 ans. C'est là qu'il puise son inspiration et libère son génie. Conscient de ses bénéfices et de ses potentialités, il a créé sa fondation au service de l'éducation des enfants :

"In today’s world of fear and uncertainty, every child should have one class period a day to dive within himself and experience the field of silence—bliss—the enormous reservoir of energy and intelligence that is deep within all of us. This is the way to save the coming generation.

I have been “diving within” through the Transcendental Meditation technique for over 30 years. It has changed my life, my world. I am not alone. Millions of other people of all ages, religions, and walks of life practice the technique and enjoy incredible benefits.

(...)

Someday, hopefully very soon, “diving within” as a preparation for learning and as a tool for developing the creative potential of the mind will be a standard part of every school’s curriculum

Research and experience document the profound benefits to society as a whole when our children dive within. Individual peace is the unit of world peace. By offering Consciousness-Based education to the coming generation, we can promote a strong foundation for a healthy, harmonious, and peaceful world. For this, the Foundation also supports the establishment of Universities of World Peace that will train the coming generation in a new profession: that of professional peacemaker.

Thank you very much for your interest. And please remember that Consciousness-Based education is not a luxury. For our children who are growing up in a stressful, often frightening, crisis-ridden world, it is a necessity."

David Lynch

Consultez cette courte vidéo (7mn) : A San Francisco Public School
Les effets sont là. La violence est apaisée, les capacité de travail se libèrent. Le dialogue enseignant/élèves se renoue.
Et pourquoi pas chez nous ?

Si vous avez plus de temps, durée 1h28, regardez le maître David Lynch accompagné d'autres intervenants scientifiques lors d'une conférence sur Créativité, Conscience et Cerveau

Si vous souhaitez mieux comprendre la méditation ou essayer chez vous : Comment méditer, une superbe introduction de l'école Shambhala.

Posté par selfway le mars 7, 2009 à 02:15 AM | Apprendre à méditer à l'école dans Coup de coeur, Créativité, David Lynch, Education, Méditation, Performances cérébrales, Santé | Commentaires (1) | TrackBack